Thaïlande : une femme n’arrête pas de grossir de la poitrine à cause d’une maladie mystérieuse

Dans la province de Phitsanulok, au sud de la Thailande, une femme de 46 ans souffre d’un mal étrange. Plusieurs médias asiatiques ont relayé le calvaire de Lam Phrai Si Nuan, dont la poitrine a commencé à se développer de manière conséquente depuis 9 mois. Un mal invalidant qui a bouleversé son quotidien et qui l’accule au repos, en attendant de trouver un traitement adéquat.

Son hypertrophie mammaire à l’origine d’une croissance incontrôlable des seins

Depuis sa puberté, Lam Phrai avait les seins légèrement plus gros que la moyenne, mais sa condition n’était pas dramatique. Ce n’est qu’au cours des 9 derniers mois que le choses se sont gâtées. Son sein gauche a commencé à prendre du volume de manière incontrôlée, bientôt rejoint par le sein droit. Aujourd’hui, sa poitrine pèse plusieurs kilos et impacte lourdement son mode de vie. Pour remédier à son mal, la Thailandaise s’est rendu dans un hôpital régional, mais sans obtenir un diagnostic précis, ni de plan de traitement. Si les médecins ont pu écarter la thèse d’une tumeur cancéreuse, ils n’ont pas pu identifier la maladie dont elle souffre. Manifestement, son cas nécessite un traitement chirurgical d’urgence. Grâce à l’attention médiatique qu’aura suscitée son histoire, Lam Phrai espère récolter les fonds nécessaires pour une ou plusieurs interventions de chirurgie réparatrice. Ainsi, elle envisage une réduction mammaire, seul recours pour se débarrasser des douleurs et retrouver des seins harmonieux.

Elle vit un calvaire à cause de ses seins volumineux

Il va sans dire que l’hypermastie fait payer à Lam Phrai un lourd tribut. A cause du poids massif de ses seins, La Thailandaise souffre de douleurs au dos, à la nuque et aux épaules. Elle ne peut plus se déplacer sans béquilles et son sommeil est constamment perturbé. De plus, les macérations (causées par les frottements incessants dans le sillon sous-mammaire) risquent d’évoluer vers des infections. Pour soutenir ses seins massifs, Lam Phrai doit porter des écharpes qu’elle enroule autour du cou. D’ailleurs, elle est incapable de rester debout pendant plus de 3 minutes, et requiert l’assistance de son mari pour les moindres taches. Au-delà des complications physiques, les répercussions psychologiques sont terribles. Cette condition l’empêche d’exercer une activité professionnelle. Le spectre de la précarité est de plus en plus pesant, puisque son mari est également sans travail.

La gigantomastie est une pathologie encore peu connue

Le gigantomastie désigne des cas extrêmes d’hypertrophie mammaire. Elle se manifeste par une augmentation significative de la glande mammaire, qui peut survenir dès la puberté. Cette pathologie est diagnostiquée lorsque le poids des seins dépasse 3% de la masse corporelle. La littérature scientifique n’abonde pas au sujet de ce trouble du volume mammaire. Les cas décrits ne sont pas nombreux et les études sérieuses sont une denrée rare. Les facteurs de risque associés à la gigantomastie, qu’ils soient génétiques ou environnementaux, sont encore méconnus.