Le traitement des cicatrices en Tunisie : profiter d’une intervention de médecine esthétique à prix réduit !

Le traitement des cicatrices en Tunisie désigne un ensemble de techniques appliquées pour le traitement des cicatrices hypertrophiques et des chéloïdes. Contrairement à l’hypertrophie cicatricielle qui régresse naturellement après un certain temps, la chéloïde non seulement ne régresse pas spontanément, en plus elle est symptomatique. Les deux néanmoins se caractérisent par une affection cutanée qui peut être inesthétique et douloureuse. Comment se débarrasser rapidement d’une cicatrice ? Quelles sont les techniques pour enlever une cicatrice ?

Comment se déroule la cicatrisation naturelle ?

Le phénomène de cicatrisation désigne le processus par lequel une plaie qui se caractérise par une interruption ou une perte de la continuité et/ou de l’intégrité des tissus, se restaure et ces fonctions tissulaires se rétablissent. La peau possède naturellement cette capacité de se restaurer afin de jouer sa fonction protectrice.

Il existe deux types de cicatrisation. La cicatrisation par régénération et la cicatrisation par réparation. Dans le premier cas, le tissu endommagé se rétablit totalement aussi bien au niveau de sa structure que de sa fonction, sans qu’il ne se forme une cicatrice du tissu conjonctif. C’est le cas principalement des plaies superficielles, c’est-à-dire des blessures concernant uniquement l’épiderme. Dans le second cas par contre, pour les plaies profondes ayant lésé le derme, la continuité du tissu altéré est restaurée parce qu’un nouveau tissu le recouvre, mais sa structure ainsi que sa fonction ne sont pas rétablies. Il y a formation d’un tissu cicatriciel.

Par conséquent, la cicatrisation naturelle n’est toujours pas évidente. Il apparaît donc après un accident, une opération, chez certaines personnes des cicatrices hypertrophiques, chéloïdes, essentiellement inesthétiques, dont seule parfois une exérèse chirurgicale, une cryothérapie, une pressothérapie, une radiothérapie, un traitement laser ou une injection de corticostéroïde peut permettre d’éliminer. Il existe en effet plusieurs techniques de traitement des chéloïdes, qui vont de la chirurgie esthétique à la médecine esthétique, même si les techniques les plus usuelles de traitement des cicatrices restent celles qu’offre la médecine esthétique.

Que faire pour se débarrasser des cicatrices ?

 Le traitement des cicatrices par cryothérapie

La cryothérapie de même que la cryochirurgie sont utilisées il y a longtemps dans le traitement des tumeurs de la peau. Cette technique est aussi donc utilisée pour le traitement des chéloïdes et des cicatrices hypertrophiques. Mais en utilisation isolée, la cryothérapie n’est pas toujours aussi efficace. Le traitement des cicatrices par cryothérapie se fait durant 6 mois et tous les 20 jours en moyenne. C’est généralement après la 3ème séance que le patient peut apprécier le résultat.

 Le traitement des cicatrices par pressothérapie

La pressothérapie est une technique de traitement des cicatrices en Tunisie qui consiste à exercer une pression permanente et mécanique sur une cicatrice chéloïde pour l’assouplir ou l’aplanir. La pression exercée sur la cicatrice provoque une occlusion de la micro-vascularisation à l’origine d’une hypoxie et d’une baisse de l’activité chéloïdienne, notamment la synthèse du collagène qui cause sa maturation, de même qu’une diminution des fibro-collagènes et des myofibroblastes.

Plusieurs méthodes sont mises en pratique comme l’utilisation des bandes collantes, des bandes élastiques, le port du bouton compressif, les vêtements compressifs, ou d’autres matériaux compressifs pouvant être associés ou non à l’utilisation du gel de silicone pour le traitement des cicatrices.

Le resurfacing laser de la cicatrice

Il s’agit d’une technique de relissage de la cicatrice qui se fait soit au laser CO² soit au laser Er : Yag soit avec les 2. Il s’agit selon la technique de relissage laser, de procéder d’une part à l’ablation de l’épiderme et de l’autre au contrôle du derme. L’action thermique du laser sur la cicatrice se fait en 3 étapes : convertir la lumière en chaleur, transférer la chaleur, dénaturer de manière thermochimique les constituants cellulaires. Le traitement des cicatrices au laser en Tunisie est l’une des techniques les plus utilisées.

Sur le plan pratique, la destruction de l’épiderme au laser CO² se fait par volatilisation. A l’aide d’une compresse imbibée de sérum physiologique, l’on élimine les débris de tissus, pour voir apparaître sous leurs couleurs rosées, les tissus sous-jacents. Au 2ème ou 3ème passage du laser CO², l’on doit éviter d’aller profondément jusqu’au derme réticulaire. C’est cette maîtrise de l’épaisseur cutanée par le praticien qui favorise ensuite, une bonne régénération et repigmentation cutanée.

Pour le traitement des cicatrices au laser Erbium, le principe est le même. Seul le risque cicatriciel diffère, parce qu’il est moins important ici.

Les différents passages du laser sur la peau induisent les différentes étapes de la cicatrisation que sont : l’hémostase, la phase détersivo-vasculo-inflammatoire, la phase proliférative et la phase de remodelage.

En gros, la réépithélialisation se fait au 3ème jour, après 3 mois, le nouvel épiderme régénéré est le même que le précédent, et après un an, on a un très beau résultat. La cicatrice a disparu complètement.

Le traitement des cicatrices par radiothérapie

C’est une technique dont les résultats ne sont probants qu’associée à une chirurgie. La radiothérapie seule paraît dangereuse.

 Le traitement des cicatrices par injection intrachéloïdiennes

Les corticoïdes ont depuis plus d’un demi-siècle aujourd’hui prouvé leur efficacité dans le traitement des cicatrices chéloïdes. Le corticoïde le plus utilisé reste l’actéonidé de triamcinolone.

Pour le traitement des cicatrices par injection de corticoïdes en Tunisie, l’injection doit se faire mensuellement ou tous les 2 mois. Le traitement nécessite environ 6 injections. Si à la 3ème séance d’injection il n’y a pas de résultat, il faut renoncer à la corticothérapie.