Instagram veut réduire la portée des publicités qui incitent à la chirurgie esthétique et aux traitements amincissants

Instagram doit une grande partie de sa popularité aux photos de corps sculptés et aux silhouettes féminines aguicheuses. Peu à peu, il est devenu la chasse gardée des « influenceuses beauté » et autres starlettes de téléréalité, qui n’hésitent pas à monnayer leur image pour promouvoir des traitements miracle. Mais cela risque de changer sous peu. En effet, le réseau social se dirige vers un durcissement de sa politique concernant la gestion des publications sponsorisées. En ligne de mire ? les contenus publicitaires et les posts trompeurs faisant l’apologie de la chirurgie esthétique et des produits amincissants. A travers ces nouvelles mesures, Instagram souligne sa volonté de protéger les jeunes utilisateurs, particulièrement vulnérables aux contenus trompeurs et aux diktats esthétiques véhiculés sur la plateforme numérique. Une décision louable, bien que tardive, et qu’on souhaite qu’elle soit appliquée avec la plus grande fermeté.

Les publications qui font la promotion de la chirurgie plastique ne seront plus visibles

Cette prise de conscience soudaine serait en partie provoquée par le bras de fer médiatique opposant Jameela Jamil à la famille Kardashian. La présentatrice et actrice britannique, figure de proue du militantisme « body positive », s’attaque notamment à une publicité mensongère pour un produit minceur, relayée en masse depuis le compte Instagram de Kylie Jenner. Il faut dire que la plateforme de partage de photos a une politique des plus laxistes en la matière. Mais ce sera bientôt de l’histoire ancienne ! Désormais, toute publication vantant les bienfaits d’une intervention de chirurgie plastique ou d’une injection anti-âge à petit prix sera masquée pour les utilisateurs de moins de 18 ans. De même, les images qui proposent un code promotionnel ou un coupon de réduction pour un traitement esthétique ou amaigrissant seront bannies d’Instagram. La promotion indirecte de produits miracles, tel que les breuvages et les pilules amincissantes, sera également modérée par les administrateurs. En outre, les utilisateurs auront la possibilité de signaler tout contenu non conforme aux nouvelles directives.

Instagram contribue au boom des traitements esthétiques injectables

Depuis quelques années, de nombreux praticiens s’inquiètent de l’affluence record des adolescents dans leur centre de médecine et chirurgie esthétique. Pour expliquer leurs attentes au chirurgien, ces jeunes patients se réfèrent à des mannequins célèbres sur Instagram. D’autres encore sortent leurs selfies passés une myriade de filtres numériques, où la peau est lissée à outrance, lumineuse et exempte du moindre défaut. Et sur ce point, le réseau social préféré des ados n’est pas exempt de tout reproche. Avec la complicité passive d’Instagram, des influenceuses sans scrupule distillent, à coups de publications sponsorisées, le culte de la minceur et la quête sans fin du corps parfait. Cette tendance profite d’un manque d’encadrement juridique dans la plupart des pays. Les textes de loi qui réglementent la publicité sur internet et les réseaux sociaux sont flous, voire inexistants. En conséquence, les jeunes font face à une pression insoutenable pour se conformer à des normes de beauté injustes et terriblement réductrices.

Si le mal semble déjà fait pour les jeunes adultes adeptes d’Instagram, cette nouvelle réglementation laisse entrevoir une lueur d’espoir pour les adolescents. On attend de voir comment elle sera mise en œuvre, quand on sait que l’inscription sur le site n’impose aucune limite d’âge.